Nos critères d’évaluation

Emploi-Accueil2Pour évaluer une action ou une organisation, il faut utiliser une grille de lecture simple, compréhensible par le plus grand nombre. Par nécessité, l’emploi de plusieurs indicateurs est précieux. Ceux-ci permettent de se faire une idée assez précise des atouts et des faiblesses d’un dispositif, d’un programme ou d’une organisation. Aucun management n’est possible sans évaluation et sans indicateurs de mesure.

Dans nos contributions, nous utilisons de préférence les mêmes indicateurs, bien qu’il arrive que des critères supplémentaires s’appliquent à certaines actions ou structures afin de mieux comprendre les causes et les conséquences de leurs dysfonctionnements ou de leurs succès. Cependant, certaines activités sont difficilement mesurables quand viennent se greffer des problèmes de santé graves, comme par exemple: un handicap physique ou mental ou des comportements à risques (violences et addictions). Il devient délicat dès lors d'évaluer le service rendu et les résultats obtenus. Dans ce cas, l'attribution d'un marché public ou d'une subvention (à un opérateur privé ou public) ne repose sur aucun indicateur de performance.

En vous donnant des informations précises sur leurs objectifs, les publics concernés, leurs activités, leurs résultats, leurs moyens et leurs méthodes, nous devrions être en mesure de vous signaler les actions et les organisations les plus efficaces. Les cinq indicateurs retenus sont composés chacun également de cinq critères d’évaluation pouvant représenter une partie d'une note fictive établie sur 25.

Pourquoi pas une note ?

Pour marquer les esprits ou faire réagir. A notre connaissance, il n'existe pas d'agence de notation indépendante susceptible d'évaluer les actions et les organisations qui interviennent le plus utilement dans les domaines de l’emploi.

Pour agir dans ce sens, il faudrait pouvoir mesurer et comparer leurs performances et appliquer des méthodes d'appréciation, connues du plus grand nombre. Hélas, dans les circonstances actuelles, la démarche est impossible à accomplir pour des raisons indépendantes de notre volonté. Certaines informations seraient très difficiles à collecter ou à obtenir, car leur simple exploitation à des fins statistiques et budgétaires aurait des répercussions sur la façon dont sont conduites les politiques de l'emploi en France, ce depuis de nombreuses années. Le simple fait de les rendre publiques poserait un problème aux pouvoirs politiques, aux administrations et aux professionnels les mieux établis. Tous ces acteurs sont habitués aux situations acquises et peu familiarisés avec des pratiques d'évaluation régulières. Dans ce contexte, espérer une coopération réelle de leur part est illusoire.

Pourtant, il n'y aurait rien de bien répréhensible à mettre une bonne note à des actions et à des structures qui obtiennent de bons résultats en matière d’accès à l’emploi. Cette démarche est déjà en vigueur en Australie où ce sont les chômeurs eux-mêmes qui choisissent les opérateurs les plus efficaces (à partir de critères identifiables par tous). Au Royaume-Uni, en Allemagne, en Autriche, en Suisse et en Suède, les évaluations des services publics et des prestataires privés, chargés de l'accompagnement et du placement des demandeurs d'emploi, sont fréquentes et ne choquent personne. Selon les décideurs publics, elles relèvent de l'intérêt général. Si nous sommes dans l'incapacité concrète de noter les politiques et les professionnels de l'emploi, en France, c'est parce que le conformisme, le corporatisme et l'étatisme sont monnaie courante et que la volonté de transparence des pouvoirs publics reste très faible sur le sujet. Les risques sociaux et électoraux sont a priori trop grands pour changer quoi que ce soit au système. Le même problème se pose pour la formation professionnelle et l'insertion par l'activité économique.

Partagez vos avis sur les sujets, apportez votre contribution

Quoi qu'il en soit, les internautes intéressés peuvent donner leur avis sur un forum réservé à cet effet. Ils peuvent faire des remarques positives ou négatives sur les sujets traités, mais aussi vis-à-vis de nos analyses. Sans être un comparateur de performances (en termes de qualité et de prix), nous estimons que notre site fait école et amène petit à petit les acteurs de la lutte contre le chômage à communiquer en toute transparence sur leurs activités, leurs coûts et leurs résultats.

Efficience Emploi le, 30 septembre 2013